entete
menu fond sud recettes
Sites informatifs pouvant concerner les diabètiques
Société Française d'Endocrinologie www.sfendocrino.org
________________________________________
Association du Quebec pour le diabètewww.diabete.qc.ca
________________________________________
Association canadienne pour le diabète en anglaiswww.diabetes.ca
________________________________________
Association Suisse du Diabètewww.diabetesgesellschaft.ch
________________________________________
The British Diabetic Associationwww.diabetes.org.uk
________________________________________
American Diabetes Associationwww.diabetes.org
________________________________________
Société savante francophone pour l'étude du diabèteSociété Francophone du Diabète
________________________________________
MediScoopwww.endoscoop.net
________________________________________
Maison du diabètewww.maison-diabete.info
________________________________________
Association des Jeunes DiabétiquesAide aux Jeunes Diabétiques
________________________________________
Juvenile Diabetes Research Foundation Internationalwww.jdrf.org
________________________________________
Fédération International du Diabète AtlasAtlas du diabète international
________________________________________
Fédération International du Diabètewww.idf.org
________________________________________
Association Nationale de Coordinnation des Réseaux Diabète (ANCRED)www.ancred.fr
________________________________________
Agence Pour la Recherche et l'Information en Fruits et Légumes frais (APRIFEL)www.aprifel.com
________________________________________
Collectif Interassociatif Sur la Santé (CISS)www.leciss.org
________________________________________
Fédération Française de CardiologieFédération Française de Cardiologie
________________________________________ The National Diabetes Information Clearinghousehttp://diabetes.niddk.nih.gov
________________________________________ La Haute Autorité de Santéwww.has-sante.fr
________________________________________ L'Assurance maladiewww.ameli.fr
________________________________________ Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de SantéAgence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé
________________________________________
L’oeil du diabètique 10 eme 1 OK

Le diabète altère les petits vaisseaux capillaires sanguins qui irriguent l’œil. Comme tous les vaisseaux sanguins du corps dans son ensemble.

C’est surtout le déséquilibre de la glycémie donc de l’hyperglycémie qui fragilise la paroi des capillaires. Notamment les vaisseaux qui irriguent normalement la rétine éclatent et des zones de cette membrane indispensable à la vision ne sont plus oxygénées.


Les signes précoces de la rétinopathie diabétique peuvent se se révèler par :

La perte de la vision centrale

Une vision floue

Des éclairs de lumière dans le champ de vision

Une incapacité à voir les couleurs

Des points noirs ou des trous dans la vision

Elle peut être asymptomatique ou entraîner des problèmes de visions mineurs,
mais elle peut éventuellement entraîner des changements en matière de myopie,
d’hypermétropie et peut mener à la cécité.

Lorsque l’équilibre glycémique d’une personne est moins bien contrôlée et qu’elle
dépasse les valeurs de référence qui lui sont assignées, après un temps long de
dérèglement glycémique ces personnes atteintes de diabète sont susceptibles de développer une rétinopathie diabétique.

Ce niveau de glucose sanguin (glycémie) trop élevé durant trop longtemps, a pour effet de bloquer les petits vaisseaux sanguins qui permettent à la rétine de demeurer saine. La rétinopathie diabétique fait son apparition lorsque les minuscules vaisseaux sanguins de la rétine de l’œil faiblissent ou se dilatent provoquant une fuite de sang, la formation de nouveaux vaisseaux sanguins et d’autres changements.

Un examen approfondi de l’œil réalisé une fois par an par un ophtalmologiste grâce à l’examen du fond d’œil, peut permettre la détection précoce des effets sur l’œil d’un diabétique, réduire le risque de perte visuelle et minimiser le risque pour d’autres complications dues à cette maladie pernicieuse.

Nous répétons que la prise en charge classique est de réduire les facteurs aggravants de ces lésions de l’œil et de rééquilibrer de façon stricte la glycémie et la tension artérielle, associée à une surveillance annuelle du fond d’œil.
Cette prise en charge classique est le meilleur traitement préventif de la rétinopathie diabétique.

L’examen annuel chez l’ophtalmologiste est non-invasif, et il permet d’observer avec précision les zones localisées à l’arrière du cristallin tel que la rétine, les vaisseaux sanguins et la macula. Plus tôt une rétinopathie diabétique ou un œdème maculaire sont détectés, plus les patients pourront bénéficier de traitements efficaces qui permettent de ralentir l’évolution de la maladie.

La rétinopathie diabétique se distingue par différents stades de la maladie :

La rétinopathie non proliférante : Détérioration de la vue non détectable.

 La rétinopathie proliférante : La rétine fabrique de nouveaux vaisseaux sanguins pour remplacer les vaisseaux abîmés, ceux-ci seront néanmoins plus fragiles et pourrons saigner dans la partie de l’œil appelée le vitrée. Cela peut altérer et laisser apparaître de petites vésicules (microanévrismes), qui peuvent éclater et saigner à l’intérieur de la rétine. Ces saignements des vaisseaux endommagés ou des microanévrismes font gonfler la rétine et créent des dépôts de matière, charriés par le sang (des exsudats). Dans ce cas-là, la vue est gravement détériorée.
S’il y a apparition de tissu cicatriciel en réponse aux saignements, la rétine peut se détacher et c’est la cécité.

Dans l’œdème maculaire sur la région centrale de la rétine, la macula permet de distinguer les détails. En cas de dommages des vaisseaux, du fluide peut s’accumuler dans cette région et la rendre inopérante. Parfois l’œdème se forme sans perte de vue mais le plus souvent la personne souffre de troubles de la vue, de déformations ou de baisse de la vision nocturne. La maculopathie peut entraîner la cécité.
Dans ce cas là, l’œdème maculaire, on utilise un faisceau de lumière (laser) pour réparer les vaisseaux sanguins perméables et les empêcher de causer plus de dégâts. Quand bien même il arrive que les effets de la chirurgie s’estompent avec le temps, cette technique est très utile et permet de gagner de nombreuses années de vision.

La cataracte est une opacité du cristallin, qui perturbe la vue et peut entraîner la cécité. Affectant généralement les personnes de plus de 50 ans, cette maladie peut apparaître plus tôt et progresser plus rapidement chez les diabétiques.
Pour la cataracte , la chirurgie consistera à retirer le cristallin opaque et le remplacer par un cristallin artificiel. Cette chirurgie peut se faire à tout âge et l’opération de la cataracte permet aujourd’hui au patient de quitter l’hôpital le jour même. Peu angoissante et invalidante, l’intervention permet aux bénéficiaires de retrouver leur autonomie.

Techniques de chirurgie pour un œil de diabétique

Le traitement par laser, dont les indications sont maintenant bien codifiées, permet d’empêcher les complications de la rétinopathie diabétique proliférante et de stabiliser la baisse visuelle liée à l’œdème maculaire. Le traitement doit être débuté dès l’apparition d’une néovascularisation prérétinienne. La photocoagulation panrétinienne (PPR) au laser est le traitement spécifique de la rétinopathie diabétique proliférante. Elle consiste en une coagulation étendue de toute la rétine périphérique. Elle est réalisée en ambulatoire sous anesthésie de contact. La PPR permet d’obtenir la régression de la néovascularisation prérétinienne et/ou prépapillaire dans près de 90 % des cas et de réduire considérablement le risque de cécité lié à la rétinopathie diabétique proliférante.

La PPR est indiquée dans tous les cas de rétinopathie diabétique proliférante. La rapidité de sa réalisation dépendra de la sévérité de la RDP. A l’extrême, l’existence d’une néovascularisation irienne est l’indication d’une PPR urgente.
Dans certains cas de rétinopathie avancée, une opération de microchirurgie dite vitrectomie peut être réalisée. Elle consiste en une ablation du vitré (substance visqueuse proche du blanc d’oeuf qui occupe la majeure partie du globe oculaire entre la rétine et le cristallin) envahi de sang venant des vaisseaux endommagés.
Par contre, il n’y a jamais d’urgence à traiter par laser une maculopathie diabétique. Le traitement par laser de l’œdème maculaire est indiqué s’il existe une baisse visuelle significative et prolongée, sans tendance à l’amélioration spontanée, ou s’il existe des exsudats secs. Il consiste en une photocoagulation en quinconce non confluente périfovéolaire sur la surface de l’œdème. Il permet au mieux un ralentissement de la baisse visuelle.

Cet article a été réalisé par la lecture et la recherche d’information sur le sujet de

"l’œil du diabétique" , notamment sur :

Voir l’article sur "Le diabète et l’œil" de Diabète Québec"

Voir l’article sur "Rétinopathie"

Voir l’article sur "Le diabète et les complications de l’œil"

Voir l’article sur "Tout savoir sur le diabète et ses complications"

Voir l’article sur "Dépister les complications de l’œil"

Voir l’article sur "Les complications au niveau des yeux"

Voir l’article sur "La rétinopathie diabétique"

Voir l’article sur "Rétinopathie diabétique généralités"

Voir l’article sur "Référentiel pour le dépistage et la surveillance des complications oculaires"

Voir l’article sur "L’évolution de la rétinopathie diabétique"